Questions - Réponses

Parcours d’écriture « Pouvoir des mots, magie des mots »


QUESTIONS/RÉPONSES

 

Pourquoi participer à un concours ?
Le domaine visé est celui de la lecture et de la production d’écrit mais faisant appel en réalité à des activités permettant de développer quatre domaines : l’oral, la lecture, la production d’écrit et l’illustration.
Un concours est bien un cadre permettant la mise en place d’un projet à long terme. L’objectif est que l’élève, particulièrement celui en difficulté, arrive à l’émergence d’un projet personnel de lecture-écriture, l’affirmant alors dans un véritable statut de lecteur-producteur de textes.
Ce statut est développé fortement  lorsqu’il existe un dispositif qui place l’école ou le collège et les élèves dans un système de communication. Des circuits de diffusion sont à trouver : un concours d’écriture en est un bon exemple. Les productions trouvent alors tout leur sens et déterminent obligatoirement des critères d’élaboration, de qualité et de présentation conséquents car lues et exposées aux critiques.
A noter que la mise en valeur des productions et la remise des prix auront lieu dans le cadre de la Comédie du livre 2017.
L’association envisage ces animations comme un moyen de lutter contre l’échec scolaire, pallier les difficultés rencontrées par certains élèves, combattre et prévenir l’illettrisme. D’ailleurs, une attention particulière sera portée aux établissements relevant de l’Education prioritaire.

Pourquoi uniquement des albums, nouvelles et poésies ?
Les productions attendues sont effectivement albums, nouvelles et poésies. Nous avons limité car il s’agit de la première édition de ce concours 2016/2017.
Nous pensons déjà au prochain et il y aura sans doute des changements…

Pourquoi ce thème « Pouvoir des mots, magie des mots » ?
Le thème « Pouvoir des mots, magie des mots » a volontairement été choisi large et déclinable par tous les niveaux, de la maternelle à la classe de troisième.
Les mots sont perçus ou employés différemment selon les personnes, les situations et les intentions liées au message. C’est bien cela qui leur donne toute leur valeur pour comprendre, décrire et parler le monde.
Dès le plus jeune âge, les mots prennent sens, la pensée s’élabore, l’intelligence prend le dessus en s’appuyant sur l’échange, la confrontation et l’élaboration commune…
Les élèves peuvent/doivent comprendre que les peuples parlent et que c’est aussi par la force des mots, qui produisent du sens, qu’ils résistent.
Les mots sont des armes de construction massive face au pire, à l’innommable, l’inqualifiable, l’insoutenable, l’inacceptable. (Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie)
Echanger avec les autres et passer par les mots pour produire sens, valeurs individuelles et collectives nécessaires à toute société est bien un des enjeux citoyens de ce projet.


J’ai un CE2/CM1. Dans quel niveau m’inscrire ?
Votre question concerne les classes à double cours et effectivement 4 niveaux ont été déterminés pour le concours :
niveau 1 : écoles maternelles ;
niveau 2 : CP, CE1 et  CE2 ;
niveau 3 : CM1, CM2 et 6èmes ;
niveau 4 : 5èmes, 4èmes et 3èmes.
La règle est que les classes à double cours s’inscrivent dans le niveau supérieur. Pour vous, donc, le niveau 3, classe de CE2/CM1.
Néanmoins, si l’écrit n’a été réalisé que par les CE2, vous vous inscrivez dans le niveau 2, classe de CE2.

J’ai des Grandes Sections. Est-ce-que je peux réaliser un album sans texte ?
Tout à fait. Vous aurez d’ailleurs bientôt sur le site du réseau des médiathèques de la métropole des exemples d’albums sans texte dans la rubrique « Concours Sud Babote ».

Pour illustrer un album, puis-je faire des découpages/collages avec mes élèves ?
Bien sûr. Surprenez-nous, soyez inventifs, laissez aller l’imagination ! Créez !

Je souhaite réaliser un petit livre. Comment je fais ?
Réaliser un petit livre est assez facile. Tout aussi facile de l’expliquer aux élèves. Vous avez dans notre rubrique « Aspects techniques » un document qui peut vous permettre de comprendre cela : il s’agit du chemin de fer, employé régulièrement dans le monde de l’édition.
Celui-ci permet de visualiser toutes les pages du livre et même d’écrire ce qu’il va y avoir sur chaque page (faire un agrandissement en A3). Deux chemins de fer sont proposés : livre de 16 pages (au total, 10 pages pour écrire et illustrer) et livre de 32 pages (au total, 26 pages pour écrire et illustrer).

Est-ce que je peux mettre dans le recueil de nouvelles deux écrits individuels, l’écrit d’un groupe de cinq élèves et un écrit collectif de toute la classe ?
Oui. Afin de permettre au maximum d’enseignants de participer, sous des formes qui leur conviennent, les réalisations peuvent être :
individuelles : un élève écrit une nouvelle ;
de groupes : un groupe d’élèves en écrit une, par exemple dans le cadre d’un décloisonnement ;
de classes : l’enseignant travaille avec tous les élèves une nouvelle ;
multiples : il est possible - c’est votre question - de nous proposer un recueil rassemblant ces écrits qui auront été travaillés dans des conditions différentes.

Ceci est valable pour toutes les productions attendues : albums, nouvelles et poésies.

Fichiers joints

Publié dans Parcours d'écritures

Incription à la newsletter de SudBabote Restez informé !

fgsegezrg